Quand le jugement n’est qu’une expression de l’Ego...

Mis à jour : 29 oct 2019

Attention, ce qui va suivre n’est que ma vision des choses qui reste toujours ouverte à l’évolution. Il est bon de considérer cet article comme un support de réflexion et non une vérité absolue.

Cet article est également un extrait mon témoignage "De la haine à l'amour du monde" téléchargeable gratuitement.


D’après ce que j’ai pu observer à travers les autres et moi-même, je pense que le jugement naît avant tout d’une émotion, d’un ressenti. Il aurait donc une origine émotionnelle, et perdrait ainsi son objectivité, sa crédibilité.


Je pense que, souvent, on ne juge que par rapport à soi (son vécu, sa personnalité, …) et ceci de manière spontanée, sans recul.



Évidemment, je ne pourrai le confirmer. Par contre, je peux certifier que dans tous les cas que j’ai rencontrés, c’était cela.


Il suffit également d’observer les différentes lois sur un même thème d’un pays à un autre. Ces lois, en fonction de qui les choisit, vont différer et parfois carrément s’opposer. Et pourtant, le sujet concerné sera le même, et le jugement prononcé se repose sur elles.


Le jugement est-il un effet miroir ?


Qu’on le veuille ou non, nous nous dévoilons quotidiennement, sinon constamment. La plupart du temps, cela se fait à partir de nos réactions, de nos ressentis, de l’interprétation que l’on donne à un texte, un événement, une situation, à notre manière de juger, etc.


Alors, serait-il possible que le jugement puisse être un effet miroir ? Que ce que l’on juge chez l’un corresponde simplement à ce que l’on juge chez soi-même, inconsciemment ?

Prenons un exemple plus parlant :


Une jeune femme se trouve à table et parle beaucoup. Elle raconte un calvaire vécu il y a un an et ne semble plus s’arrêter de parler, face aux autres qui compatissent et l’écoutent attentivement.


« Cette personne en fait trop, elle ne cherche qu’à faire son intéressante » dira Steve.


Selon Steve, ce n’est pas un jugement, mais rien qu’une simple description de ce qu’il voit. Cette femme est comme ça, et pas autrement. Point barre. C’est un fait!


Je pense que dans ce cas-là, son jugement traduit l'expression d’une sensation éprouvée à l’instant spontané. Steve ne fait pas une simple description comme on décrirait une table ou une chaise, il exprime bien un état d’esprit, mais lequel ?


Eh bien, il exprime un agacement.


Un agacement qui lui est propre, à lui et à lui seul. Et c’est à travers cet état d’esprit que va être porté son jugement. Sa pensée, son idée, ne s’est pas inventée comme par magie, elle existait déjà en lui.


La jeune femme fait son intéressante, car il ne peut imaginer une autre raison à ce comportement. C’est en vérité ce qui résonne le plus avec sa personnalité, son ego, à ce moment précis. Il ne voit donc que cela, car il est dans l’incapacité de voir autre chose.


En résumé, son jugement se limite à lui-même, tout comme un jugement peut se limiter à ses propres connaissances, etc. Il manquera alors d’objectivité.


Les gens qui vous jugent sans réflexion se jugent bien souvent eux-mêmes sans s’en rendre compte.

Selon moi, une même personne, un même discours, un même événement, une même situation peut être perçue de mille et une manières par les êtres humains. Il faut simplement prendre conscience de cette vérité pour ne pas porter de jugements trop hâtifs, mais plutôt s’observer penser, réfléchir, et prendre davantage de recul.



Car ce manque de recul nourrit le mal-être

et souvent le sentiment de solitude.

Réussir sa vie, c'est mourir sans regret ...

© 2019 - 2020 par Myriam Lorenz