Comment j'ai préparé mon premier salon ?



C'est toujours un bonheur d'apprendre qu'on va bientôt se retrouver derrière un stand, prêt à dédicacer ses livres pour lesquels on a dépensé tant d'énergie ! Car si vous êtes écrivain indépendant, n'avez-vous pas bossé dur pour créer votre histoire, passer l'étape de l'édition, de la publication, de la promotion ?


C'est un travail de longue haleine, n'est-ce pas ?


Me voilà donc aujourd'hui arrivée à l'étape du SALON LITTÉRAIRE ! Celle où je vais être confrontée à une foule de lecteurs en soif de trouver leur bonheur, mais également à un nombre non négligeable d'auteurs !


Ce n'est donc pas une journée que l'on prépare à l'arrache... Une fois ma confirmation reçue, il est temps pour l'écrivaine que je suis de m'organiser !


Tout d'abord, je conseille de rédiger une check-list puis de faire un maximum de publicité en passant aussi bien par les réseaux sociaux, que par le mailing et les flyers !



·٠•●♥ Que vais-je apporter ? ♥●•٠·


1) Mes livres !


Oui, cela va de soi mais je comptais tout de même développer ce paragraphe.


Le choix : Il faut savoir que les salons ont leur propre organisation. Si certains nous laissent apporter tous les titres en notre possession, d'autres demanderont de choisir uniquement les trois derniers parus, par exemple. Cela a été le cas pour moi.


Par ailleurs, si vous participez à un salon ciblé sur la fantaisie, il n'est pas utile de s'encombrer d'un stock de livres portés sur la littérature classique. Il est primordiale que le livre soit visible alors évitons qu'il perde de la place à cause d'autres qui n'intéresseront pas les lecteurs de fantasy.


La quantité : Inutile de se ruiner en commandant deux cents exemplaires. Pour ma part, j'en ai pris entre 10 et 15 de chaque car je n'avais pas un gros budget et je suis bien loin d'être célèbre.


Il faut se dire qu'il y a des salons où je vendrai beaucoup, et d'autres où je vendrai moins. C'est à anticiper lorsque je commande mes stocks d'exemplaires, mais... ce n'est jamais perdu de toute façon !


Donc en résumer : si comme moi vous êtes auteurs de différents genres littéraires, renseignez-vous et ciblez bien les titres que vous présenterez lors de votre salon. Pour ma part, le second jour, j'ai carrément retiré mon livre d'horreur du stand car j'ai bien remarqué que la moyenne d'âge des visiteurs dépassaient la soixantaine. Cela a fait plus de place pour les deux autres ! Et surtout, ne vous cassez pas le dos à commander un stock énorme !



2) Des présentoirs


Ils permettent à un exemplaire d'être redressé par rapport aux autres. Comme j'avais peu d'espace sur ma table, j'ai fait le choix de présenter le dos de chaque livre sur les présentoirs. Quant aux autres livres, ils étaient couchés avec la couverture de visible. L'avantage est que les lecteurs peuvent voir les deux en même temps, mais il existe plein d'autre façon de présenter son stand !



3) Mes marques pages

J'ai commandé et mis en avant des marques pages aux couleurs de mon livre vedette. Pour une trentaine d'euros, vous pouvez facilement obtenir 1000 exemplaires !

Au recto, la couverture et au verso, une citation et mes coordonnées.


Mes marque-pages servent de supports de publicité.


Je vous invite à l'offrir avec le livre, et même le proposer à des lecteurs encore hésitants.



4) Mes flyers

Au recto : la couverture du livre ainsi que le résumer. Au verso : mes coordonnées (site, mail, réseaux sociaux)


Les flyers sont également un support de publicité qu'il est possible d'offrir aux passants, mais sans l'effet racoleur...


J'en ai placé également à disposition sur mon stand pour que les plus timides puissent se servir et lire le résumer en se promenant dans les allées.



5) Des extraits offerts

J'ai choisi quelques extraits de mon recueil de nouvelles que j'ai couchés sur une demi-feuille de papier.


Les passants pouvaient se servir et lire tranquillement pendant leur promenade.


Il faut choisir les extraits les plus accrocheurs évidemment. Bon, ce n'est pas toujours facile, je le conçois complètement !







6) Les avis des lecteurs

Que ce soit des commentaires sur les sites revendeurs ou des chroniques, etc. je n'ai pas hésité à les recueillir dans un petit cahier. Une affiche ou un kakemono est très bien aussi, car plus gros !

Les lecteurs hésitants peuvent ainsi les lire et se laisseront peut-être séduire.


Note à moi-même : penser à grossir les phrases percutantes, tel un gros titre d'article ! Tous les lecteurs qui passeront devant votre stand ne s'attarderont pas à lire une chronique complète.



7) De la monnaie


Le must est encore de posséder un lecteur de carte CB avec wifi, mais ce n'est pas mon cas.

Pour ma part, j'ai pris 46 euros en pièces de 1€, 2€ et 50c. Je me suis dit que je n'aurais jamais besoin d'autant, mais j'étais bien heureuse de les avoir quand une lectrice m'a tendu son billet de 50 Euros pour acheter mon recueil de nouvelles à 13€.



8) Des bonbons

C'est toujours agréable d'offrir des bonbons, et cela peut être utile si vous avez une petite faim.


Je pense cependant qu'attirer les lecteurs avec des bonbons n'est pas perçu de la même manière par tout le monde. Faites en fonction du salon, du type de visiteurs que vous allez rencontrer.


Pour ma part, ce sont surtout des auteurs qui ont tapé dedans. Mais au moins, ils ont servi.



9) Mon carnet

Dedans y figure mon relevé de compte (recette, etc.) mais c'est également un bon moyen pour écrire un prénom dont on est pas sûr de l'orthographe. Ceci afin d'éviter une dédicace ratée.


J'ai également apporté un autre calepin sur lequel je réfléchis à la suite de Lalie.


Ceci permet aux lecteurs de voir que même assise derrière un stand, je reste concentré sur l'écriture, notamment le tome 2 d'un livre présent sur le stand.




·٠•●♥ Voilà ! ♥●•٠·


Vous avez maintenant une idée de mon organisation et j'avoue m'être beaucoup inspirée d'Anaïs W dont je partage l'adresse ci-dessous et que je remercie infiniment :


https://leslivresdanaisw.fr/premier-salon-du-livre-2/

14 vues

Réussir sa vie, c'est mourir sans regret ...

© 2019 - 2020 par Myriam Lorenz