Bilan de mon premier salon littéraire

Mis à jour : mai 29


Le salon des auteures francophones de la Rochelle le 7 et 8 Mars 2020 - Journée de la Femme

Lorsque j'ai appris que j'allais participer à un salon littéraire, j'étais vraiment ravie. Mon tout premier salon, en temps qu'auteure indépendante. Ce n'est pas rien !

Toutefois j'ai beaucoup appréhendé ce jour. C'est l'inconnu... Le non-contrôle... Aussi il était possible de voir les fiches des auteures présentes sur le site et nombreuses étaient celles éditées à compte d'éditeurs, avec déjà plusieurs expériences littéraires. Quand à la moyenne d'âge, je me trouvais assez loin en dessous, me donnant l'impression d'être la petite nouvelle, la petite bleue... Et enfin, le genre littéraire dominant restait le roman adulte et non young adult, ou album jeunesse. Alors première chose que je me suis dite : je vais faire tâche avec mon livre d'horreur YA. Heureusement que je n'ai pas apporté que celui là.


Installation de mon stand le samedi à 10h30

Le salon s'écoulait sur une demi journée et une journée complète. Plutôt rare de pouvoir occuper un stand sur toute cette durée !


Je remercie donc les organisatrices à qui je tire mon chapeau, car elles couraient partout.

J'ai plusieurs fois ré-arrangé mon espace et ai même fini par retirer ** TU TE SOUVIENDRAS ** car je voyais bien que le public n'était pas branché roman d'horreur. Concernant mes petits bonbons, ce sont surtout les auteurs et moi-même qui avons tapé dedans.

Ce week-end a été riche en rencontre d'autres auteures et partage d'anecdotes. J'ai vraiment sympathisé avec ma voisine, Malika BOULAIS, auteure expérimentée que je vous recommande. Et au fil du temps, on s'est découvert plein de points communs, on s'est échangé des conseils car on apprend toujours de l'autre. Le seul bémol est le flux de visiteurs vraiment bas et ça, je ne m'y attendais pas du tout. Même malgré le coronavirus ! Par moment, on avait l'impression de n'être qu'entre nous, entre auteures. Je me suis alors demandé si c'était ainsi pour tous les salons car dans mes souvenirs, je n'en avais pas l'impression.

Parmi les visiteurs, la moyenne d'âge ne correspondait pas à mon lectorat.

Autre obstacle à mes ventes, en somme ! Mais je suis parvenue tout de même à vendre un exemplaire de ** Toujours plus loin ** De tout façon, le but était également de se faire une première expérience de salon littéraire et elle n'était pas mauvaise... Juste déçue du peu de visiteurs.


Mais ravie d'avoir pu y participer avant que tous les rassemblements soient prohibés. Une chance que je n'oublierai pas, et ça reste grâce aux organisatrices !

0 vue
  • Facebook
  • YouTube
  • Instagram

© 2019 - 2020 Myriam Lorenz  •  Mentions légales